Alexis Corbière

Étiquette : Macron

Matinale France Inter

Matinale France Inter Featured

J’étais l’invité politique de Yaël Goosz dans la matinale France Inter ce matin, pour réagir aux mesures du déconfinement annoncées par Edouard Philippe hier, à l’Assemblée Nationale.

Je suis tout d’abord revenu sur l’un des sujets qui préoccupent beaucoup les français en ce moment, la réouverture des écoles le 11 mai prochain. Cette mesure, alors qu’une véritable planification de l’accueil des écoliers n’a pas été réalisée par le gouvernement, angoisse particulièrement les parents d’élèves. D’une part pour des raisons sanitaires, les enfants pouvant être des porteurs sains et, d’autre part, pour des raisons économiques. Les parents seront face à un dilemme : si je n’amène pas mon enfant, quelles seront les conséquences économiques ?

« Je demande à Jean-Michel Blanquer de suspendre toutes les fermetures de classes prévues à la rentrée prochaine : il ne peut pas vouloir renvoyer les enfants à l’école pour lutter contre les inégalités et, en même temps, fermer des classes ! C’est hypocrite. »

Ensuite j’ai rappelé que La France insoumise demande à ce que les masques soient distribués gratuitement à tous les Français. C’est le rôle de l’Etat de protéger sa population ! Ce n’est pas aux français de payer leurs protections : cela creusera encore plus les inégalités entre ceux qui pourront se protéger et ceux qui n’auront pas les moyens d’acheter des masques.

« Il faut bien sûr maintenir les dispositifs d’aide mis en place par la puissance publique et les faire monter en puissance. 39 millions d’aide alimentaire accordée par l’Etat pour faire face à la crise COVID19, c’est malheureusement insuffisant. »

En fin d’interview, je rappelle que la crise sanitaire actuelle est aussi le résultat des mauvais choix économiques faits par ce gouvernement, qui a notamment affaibli notre hôpital public. Nous en payons le prix aujourd’hui.

Duplex BFMTV

Duplex BFMTV Featured

J’étais tout à l’heure en duplex sur BFMTV pour parler des mesures de déconfinement du 11 mai, qui seront dévoilées demain par le Premier Ministre.

Ces annonces du plan de déconfinement démontrent pour moi un véritable coup de force de la part du gouvernement. En effet, Macron et ses ministres ont décidé seuls, sans aucune consultation préalable du Conseil Scientifique, des organisations syndicales des salariés, du corps enseignant ou encore des députés de l’opposition. Le « débat » qui se déroulera d’ailleurs demain dans l’hémicycle est un faux-débat parlementaire !

Intervention sur CNews

Intervention sur CNews Featured

J’étais tout à l’heure sur CNews pour parler de la stratégie de déconfinement du gouvernement et notamment sur la réouverture des écoles le 11 mai et l’avis du Conseil Scientifique sur le sujet.

J’ai redit que je n’étais pas favorable au retour en classe des élèves le 11 mai prochain, que cela me paraissait être un acte irresponsable de la part du gouvernement que d’envoyer les élèves en classe alors qu’aucune mesure spécifique d’accueil n’est prévue. Le Conseil Scientifique qui s’est prononcé hier a d’ailleurs lui aussi recommandé un retour en classe en septembre, pas avant.

« La décision de mettre fin au confinement et de réouvrir les classes le 11 mai est purement économique. »

Le gouvernement a pris la décision de déconfiner la population seul, personne n’a été consulté : les parlementaires, le Conseil Scientifique, les enseignants, les syndicats, représentants du personnel, etc… Seule la date est connue mais rien de concret n’est annoncé concernant les mesures de sécurité pour la population.

« La démocratie est piétinée par le gouvernement ! Il a une attitude solitaire vis-à-vis de ce choix de date. »

Or, pour que le déconfinement puisse se passer sans mettre en danger la population, il faut mettre en place une véritable planification de sortie, après une concertation avec tous les acteurs sociaux !

France Info TV

France Info TV Featured

Alexis Corbière était sur France Info TV ce matin pour réagir au discours du Président de la République hier soir, lors de cette crise du covid-19.

Le député est revenu sur la date du 11 mai, date citée par Emmanuel Macron comme sortie du confinement. Il a notamment pointé du doigt le fait qu’aucune véritable planification de déconfinement n’avait été annoncée par Macron. Cette stratégie est donc hasardeuse mais aussi risquée pour la population qui pourrait subir un rebond du virus.

Ensuite, il a rappelé qu’une fois de plus, le Président était resté flou quant à la distribution, en quantité suffisante et pour toute la population, de masques et qu’aucune généralisation de tests sérologiques n’était à l’ordre du jour au moment du déconfinement.

« La date du 11 mai ne peut pas être le point de départ des mesures, mais celle de leurs conséquences. »

Enfin, il a terminé en rappelant qu’à la fin du confinement, le peuple devra être convoqué, pour juger politiquement de la gestion de cette crise par le gouvernement.

Réaction à l’allocution de Macron

Réaction à l’allocution de Macron Featured

Alexis Corbière a réagi en direct sur BFMTV à la seconde allocution du Président de la République lors de cette crise du coronavirus.

Le Député a commencé par observer que le discours du Président de la République n’était en rien conforme à la politique menée par son gouvernement depuis trois ans et que, bien au contraire, celui-ci était même en totale contradiction.

Ensuite, il a exprimé sa surprise quant à l’affirmation d’Emmanuel Macron sur la date du déconfinement, qui serait le 11 mai. Il a rappelé que jusqu’à maintenant, aucune planification pour ce déconfinement n’était prévue de la part du gouvernement, d’où son interrogation et son inquiétude quant à l’affirmation du Président.

« Le discours de Macron est contradictoire avec les 3 premières années de la politique de son gouvernement ».

Enfin, Alexis Corbière a noté que le Président était resté flou et silencieux sur des questions pourtant essentielles et que se posent les français.

Interview RMC

Interview RMC Featured

Alexis Corbière était ce lundi 30 mars sur RMC pour revenir sur la gestion de la crise sanitaire due au covid-19 par le gouvernement.

Le député insoumis a rappelé que la situation actuelle et les difficultés que rencontre l’hôpital public à encaisser cette crise, est la conséquence directe des mesures d’austérité menées à son encontre ces dernières années : réduction d’effectifs, baisse de moyens, etc…

Ensuite il a évoqué l’importance de la relocalisation de l’économie et d’avoir des capacités de production nationale pour faire face à des difficultés comme celle-ci. Il a pris pour exemple le manque de masques pour les personnels hospitaliers et médicaux car ceux-ci ne sont plus produits en France mais importés, en grande partie de Chine.

« Les pertes ne doivent pas être nationalisées et les profits privatisés ! Ces profits, réalisés par les grands groupes, doivent être utiles à tout le monde ! »

En conclusion de son interview il a réagi aux propos du Premier Ministre qui, lors d’une allocution, a précisé qu’il ne laisserait personne dire « qu’il y a eu du retard sur la prise de décision quant au confinement ». Alexis Corbière rétorque donc au micro de RMC que oui, des mauvaises décisions ont été prises sous la responsabilité d’Edouard Philippe et qu’il devra, en conséquence, rendre des comptes.

Stop au macronisme quotidien, il faut garantir le pluralisme !

Stop au macronisme quotidien, il faut garantir le pluralisme !

Le député Alexis Corbière est intervenu ce jour, lors des questions au gouvernement, au nom de la France insoumise. Il a interpellé le premier ministre Edouard Philippe sur le temps de parole de Macron, lors des différents Grands Débats, diffusés non stop sur les chaines d’info. Or, ce temps de parole n’est pas comptabilisé par le CSA pour le moment ! Lire la suite

Invité d’Audrey-Crespo Mara dans la matinale Europe 1

Invité d’Audrey-Crespo Mara dans la matinale Europe 1 Featured

Ce jeudi 8 novembre 2018, le député de la France insoumise Alexis Corbière a répondu aux questions d’Audrey Crespo-Mara. Il a été interrogé sur les propos du chef de l’État qualifiant le maréchal Pétain de « grand soldat » pendant la Grande Guerre, tout en jugeant « légitime » l’hommage qui lui sera rendu aux Invalides samedi 10 novembre. Ensuite, il a été interpellé sur la mobilisation du 17 Novembre, en réaction à la hausse du prix du carburant. Lire la suite