Alexis Corbière

Thème : Passages médias

Matinale France Info

Matinale France Info Featured

J’étais ce matin l’invité de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia dans leur matinale sur France Info TV et Radio pour parler de la rentrée spéciale qui vient de se dérouler du fait de la covid-19, de la Seine-Saint-Denis et de la situation politique.

J’ai d’abord rappelé que, concernant la crise covid-19, avec mes camarades de la France insoumise, nous réclamons deux choses depuis plusieurs mois : la gratuité des masques est plus que jamais nécessaire, ainsi que l’augmentation de la capacité des tests. »

En Seine-Saint-Denis, le taux de positivité est plus élevé que la moyenne nationale, or, ce département a déjà beaucoup souffert pendant la première vague du fait que de nombreuses personnes soient notamment des travailleurs précaires et bien souvent en première ligne et dans l’impossibilité d’avoir recours au télétravail.

« En parallèle, à Bagnolet et Montreuil, le rectorat continue de fermer des classes : ce sont 7 qui ont été fermées à cette rentrée. Je le dis solennellement, M. Blanquer ne fermez pas de classes et notamment en Seine-Saint-Denis ! »

Sur la France insoumise et la possible candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2022, j’ai ensuite expliqué que les 2 mois prochains seront un temps de discussion au sein du mouvement mais aussi avec d’autres forces politiques afin que Jean-Luc prenne sa décision. Mélenchon possède un rayonnement qui permet d’agréger les personnes autour de notre programme et il est connu au sein des quartiers populaires.

« Pas de divisions artificielles et pas d’union superficielle. » Voilà ma ligne en ce qui concerne les discussions avec d’autres forces politiques. C’est une question d’efficacité. »

Enfin, sur la question du projet de loi sur le séparatisme du gouvernement, j’ai répété que seule la loi de 1905 devait être notre ligne : elle garantit la liberté de culte, la liberté de conscience mais elle interdit aussi que de l’argent public soit destiné aux associations cultuelles.

Emission Audrey and Co sur LCI

Emission Audrey and Co sur LCI Featured

J’étais ce matin l’invité d’Audrey Crespo-Mara dans son émission Audrey and Co sur LCI pour parler du plan pour l’hôpital annoncé par Olivier Véran et de la crise sociale qui s’annonce, suite à la crise sanitaire du coronavirus.

J’ai d’abord rappelé que le gouvernement voit désormais les conséquences ses choix économiques et des coupes budgétaires envers l’hôpital : elles ont considérablement affaibli notre service public de la santé.

« En tant que républicain, je suis pour l’impôt, pas la charité. Instaurer de nouveau l’ISF permettrait de récupérer 3 milliards de plus par an pour les caisses de l’Etat, ce n’est pas rien ! »

J’ai ensuite expliqué qu’il fallait relocaliser l’économie et proposer un tissu réel du système de production en France afin d’être indépendants. Cette crise du coronavirus a révélé la trop grande dépendance de notre pays vis-à-vis de l’Inde par exemple, dans la production de médicaments.

Enfin, le pays, qui se trouvait déjà dans un bouillonnement social, pourrait voir de nouveau de grandes mobilisations. En effet, le sentiment d’inégalité qui existait avant la crise COVID19 est encore présent et a même été exacerbé.

« Macron a été élu dans un rejet de Marine Le Pen : il n’a jamais eu d’adhésion majoritaire. Sa politique vient de se heurter à la réalité : c’est une politique qui coûte cher socialement à la France ! »

Matinale France Inter

Matinale France Inter Featured

J’étais l’invité politique de Yaël Goosz dans la matinale France Inter ce matin, pour réagir aux mesures du déconfinement annoncées par Edouard Philippe hier, à l’Assemblée Nationale.

Je suis tout d’abord revenu sur l’un des sujets qui préoccupent beaucoup les français en ce moment, la réouverture des écoles le 11 mai prochain. Cette mesure, alors qu’une véritable planification de l’accueil des écoliers n’a pas été réalisée par le gouvernement, angoisse particulièrement les parents d’élèves. D’une part pour des raisons sanitaires, les enfants pouvant être des porteurs sains et, d’autre part, pour des raisons économiques. Les parents seront face à un dilemme : si je n’amène pas mon enfant, quelles seront les conséquences économiques ?

« Je demande à Jean-Michel Blanquer de suspendre toutes les fermetures de classes prévues à la rentrée prochaine : il ne peut pas vouloir renvoyer les enfants à l’école pour lutter contre les inégalités et, en même temps, fermer des classes ! C’est hypocrite. »

Ensuite j’ai rappelé que La France insoumise demande à ce que les masques soient distribués gratuitement à tous les Français. C’est le rôle de l’Etat de protéger sa population ! Ce n’est pas aux français de payer leurs protections : cela creusera encore plus les inégalités entre ceux qui pourront se protéger et ceux qui n’auront pas les moyens d’acheter des masques.

« Il faut bien sûr maintenir les dispositifs d’aide mis en place par la puissance publique et les faire monter en puissance. 39 millions d’aide alimentaire accordée par l’Etat pour faire face à la crise COVID19, c’est malheureusement insuffisant. »

En fin d’interview, je rappelle que la crise sanitaire actuelle est aussi le résultat des mauvais choix économiques faits par ce gouvernement, qui a notamment affaibli notre hôpital public. Nous en payons le prix aujourd’hui.

Duplex BFMTV

Duplex BFMTV Featured

J’étais tout à l’heure en duplex sur BFMTV pour parler des mesures de déconfinement du 11 mai, qui seront dévoilées demain par le Premier Ministre.

Ces annonces du plan de déconfinement démontrent pour moi un véritable coup de force de la part du gouvernement. En effet, Macron et ses ministres ont décidé seuls, sans aucune consultation préalable du Conseil Scientifique, des organisations syndicales des salariés, du corps enseignant ou encore des députés de l’opposition. Le « débat » qui se déroulera d’ailleurs demain dans l’hémicycle est un faux-débat parlementaire !

Intervention sur CNews

Intervention sur CNews Featured

J’étais tout à l’heure sur CNews pour parler de la stratégie de déconfinement du gouvernement et notamment sur la réouverture des écoles le 11 mai et l’avis du Conseil Scientifique sur le sujet.

J’ai redit que je n’étais pas favorable au retour en classe des élèves le 11 mai prochain, que cela me paraissait être un acte irresponsable de la part du gouvernement que d’envoyer les élèves en classe alors qu’aucune mesure spécifique d’accueil n’est prévue. Le Conseil Scientifique qui s’est prononcé hier a d’ailleurs lui aussi recommandé un retour en classe en septembre, pas avant.

« La décision de mettre fin au confinement et de réouvrir les classes le 11 mai est purement économique. »

Le gouvernement a pris la décision de déconfiner la population seul, personne n’a été consulté : les parlementaires, le Conseil Scientifique, les enseignants, les syndicats, représentants du personnel, etc… Seule la date est connue mais rien de concret n’est annoncé concernant les mesures de sécurité pour la population.

« La démocratie est piétinée par le gouvernement ! Il a une attitude solitaire vis-à-vis de ce choix de date. »

Or, pour que le déconfinement puisse se passer sans mettre en danger la population, il faut mettre en place une véritable planification de sortie, après une concertation avec tous les acteurs sociaux !

JT de 13h sur TF1

JT de 13h sur TF1 Featured

J’étais en duplex dans le journal de 13h sur TF1, où j’ai répondu aux questions d’Anne-Claire Coudray sur le déconfinement le 11 mai prochain ainsi que sur la situation sanitaire et sociale en Seine-Saint-Denis.

J’ai rappelé que le département de la Seine-Saint-Denis est celui qui concentre le plus d’inégalités en temps ordinaire et, qu’avec la crise du coronavirus, celles-ci se sont fortement accrues.

« Les milieux populaires dont les parents devront retourner au travail seront obligés de mettre leurs enfants à l’école. Pour les milieux plus aisés où le télétravail est possible les parents pourront garder les enfants. Cela va creuser les inégalités. »

En ce qui concerne la réouverture des classes le 11 mai et le retour des enfants à l’école j’ai pointé du doigt la non planification de cet accueil rappellant que le gouvernement n’a indiqué, pour le moment, aucune mesure spécifique de sécurité.

« Le gouvernement a été aussi maladroit et hasardeux dans l’entrée du confinement que dans la sortie. C’est absurde de vouloir faire reprendre le travail sans s’assurer de la sécurité de nos concitoyens.»

Enfin, j’ai répété mon incompréhension et mon inquiétude quant au choix du déconfinement dans 15 jours sans aucune véritable planification de la part du gouvernement. Qu’en est-il des masques, des tests, du respect des barrières de sécurité dans les transports en commun ? Les français n’ont aucune information sur le sujet !

CNews

CNews Featured

J’étais invité sur CNews pour m’exprimer suite à l’intervention du Premier Ministre, qui donnait une conférence de presse sur la crise du coronavirus.

Cette conférence de presse n’a rien appris aux Français : tout ce qu’a dit Edouard Philippe avait déjà été annoncé par Emmanuel Macron ou les membres du gouvernement ces derniers jours ! En revanche, il y avait une certaine auto-satisfaction de la part du Premier Ministre et de son Ministre de la Santé, Olivier Véran, quant à leur gestion de la crise sanitaire. En dehors du fait que nous sommes fortement en retard sur la production de masques, ce discours était vide.

« Depuis que ce gouvernement est arrivé au pouvoir, il a semé le chaos dans l’hôpital public ! »

Alors que les Français attendaient quelques annonces concernant le déconfinement, rien n’a été dit : aucune précision sur les conditions de déconfinement le 11 mai prochain, impossible de savoir donc si la sécurité des Français sera assurée lorsqu’ils devront retourner travailler. Rien non plus sur les conditions d’accueil des 13 millions d’élèves, leur protection ou celle de leurs enseignants. Tout cela reste flou. Quid des tests et d’un dépistage sérologique massif des asymptomatiques ? Là encore, néant.

« Le gouvernement n’a pas été transparent et a dit à plusieurs reprises des contre-vérités ! Il a menti aux français ! »

Puis j’ai expliqué que l’annonce d’un débat sur le déconfinement qui devrait avoir lieu à l’Assemblée Nationale début mai (soit quelques jours seulement avant le 11 mai, date du déconfinement) me semblait être tout simplement, un non-débat. Enfin, j’ai rappelé l’urgence d’avoir une véritable planification de sortie de confinement pour permettre d’assurer la sécurité des Français et d’éviter un rebond de l’épidémie.

France Info TV

France Info TV Featured

J’étais invité de France Info TV pour exprimer mes attentes quant à l’intervention du Premier Ministre, quelques minutes plus tard, pour un point d’étape sur la gestion de la crise du coronavirus.

J’ai d’abord fait part de mon inquiétude et de ma surprise quand à l’annonce du Président sur la date du 11 mai comme date de déconfinement, sans en avoir planifié les modalités de sortie. J’estime que c’est une mesure risquée. Les travailleurs qui doivent retourner sur leur lieu de travail doivent pouvoir être assurés que toutes les mesures de sécurité sont mises en oeuvre pour les protéger.

« Le gouvernement doit organiser une véritable planification du déconfinement en protégeant d’abord les gens au nom de l’intérêt général ! »

Ensuite, j’ai rappelé que le Ministre de l’Education Nationale avait assuré que la réouverture des classes se ferait bien progressivement le 11 mai mais n’a toujours pas expliqué si des mesures spécifiques seront mises en place pour protéger les enfants, les enseignants et les personnels scolaires.

Enfin, j’ai exprimé mon inquiétude quant à l’accroissement des inégalités entre les collectivités si le gouvernement n’assurait pas de véritable planification du déconfinement.

France Info TV

France Info TV Featured

Alexis Corbière était sur France Info TV ce matin pour réagir au discours du Président de la République hier soir, lors de cette crise du covid-19.

Le député est revenu sur la date du 11 mai, date citée par Emmanuel Macron comme sortie du confinement. Il a notamment pointé du doigt le fait qu’aucune véritable planification de déconfinement n’avait été annoncée par Macron. Cette stratégie est donc hasardeuse mais aussi risquée pour la population qui pourrait subir un rebond du virus.

Ensuite, il a rappelé qu’une fois de plus, le Président était resté flou quant à la distribution, en quantité suffisante et pour toute la population, de masques et qu’aucune généralisation de tests sérologiques n’était à l’ordre du jour au moment du déconfinement.

« La date du 11 mai ne peut pas être le point de départ des mesures, mais celle de leurs conséquences. »

Enfin, il a terminé en rappelant qu’à la fin du confinement, le peuple devra être convoqué, pour juger politiquement de la gestion de cette crise par le gouvernement.

Réaction à l’allocution de Macron

Réaction à l’allocution de Macron Featured

Alexis Corbière a réagi en direct sur BFMTV à la seconde allocution du Président de la République lors de cette crise du coronavirus.

Le Député a commencé par observer que le discours du Président de la République n’était en rien conforme à la politique menée par son gouvernement depuis trois ans et que, bien au contraire, celui-ci était même en totale contradiction.

Ensuite, il a exprimé sa surprise quant à l’affirmation d’Emmanuel Macron sur la date du déconfinement, qui serait le 11 mai. Il a rappelé que jusqu’à maintenant, aucune planification pour ce déconfinement n’était prévue de la part du gouvernement, d’où son interrogation et son inquiétude quant à l’affirmation du Président.

« Le discours de Macron est contradictoire avec les 3 premières années de la politique de son gouvernement ».

Enfin, Alexis Corbière a noté que le Président était resté flou et silencieux sur des questions pourtant essentielles et que se posent les français.