Alexis Corbière

Thème : Passages médias

Interview France Info TV

Interview France Info TV Featured

Ce vendredi 3 avril Alexis Corbière était l’invité de Gilles Bornstein sur France Info TV pour parler de la crise du coronavirus.

Après avoir réagi aux annonces de Jean-Michel Blanquer sur le bac et le brevet qui seraient réalisés cette année en contrôle continu du fait du confinement, il a rappelé que le gouvernement n’a pas vu venir la gravité de la situation due au covid-19 et a donc pris beaucoup de retard dans la gestion de la crise.

Il a de nouveau expliqué que nos hôpitaux publics manquaient cruellement de matériel : masques, gants, lits de réanimation, médicaments, etc… Le gouvernement a fait des erreurs politiques qui ont, malheureusemement, des conséquences concrètes et désastreuses sur la crise.

« Je ne suis pas favorable au tracking, ce grand flicage généralisé dans le pays où on suit les uns et les autres. Je ne souhaite pas ce système de Big Brother, même si, au départ il peut être présenté comme une bonne intention. »

Enfin, il a donné son avis, personnel, quant à l’utilisation du tracking des smartphones pour avoir une vision globale du respect ou non du confinement par les Français, en précisant qu’il était contre cette mesure qui réduit les libertés personnelles de chacun.

Interview Sud Radio

Interview Sud Radio Featured

Ce mercredi 1er avril Alexis Corbière était l’invité de Patrick Roger sur Sud Radio pour parler de la crise du coronavirus.

Il a notamment dit qu’il était nécessaire de respecter les consignes de confinement et les gestes barrières barrière. Ensuite, il a rappelé que la poursuite du dialogue était utile pendant cette crise sanitaire mais que son rôle d’élu d’opposition était aussi d’interpeller le gouvernement, quant à son action face à cette crise et de le confronter à ses erreurs politiques.

« Cette crise doit être une prise de conscience collective : ce monde de l’argent roi nous coûte socialement, économiquement et écologiquement. Sortons de ce monde et mettons en place une politique de long terme avec une vraie planification ! »

Enfin, il a exprimé l’importance de préparer le monde d’après, le monde post #COVIDー19 en s’appuyant sur le fait qu’il faille changer la politique économique actuelle, trop financiarisée.

Interview RMC

Interview RMC Featured

Alexis Corbière était ce lundi 30 mars sur RMC pour revenir sur la gestion de la crise sanitaire due au covid-19 par le gouvernement.

Le député insoumis a rappelé que la situation actuelle et les difficultés que rencontre l’hôpital public à encaisser cette crise, est la conséquence directe des mesures d’austérité menées à son encontre ces dernières années : réduction d’effectifs, baisse de moyens, etc…

Ensuite il a évoqué l’importance de la relocalisation de l’économie et d’avoir des capacités de production nationale pour faire face à des difficultés comme celle-ci. Il a pris pour exemple le manque de masques pour les personnels hospitaliers et médicaux car ceux-ci ne sont plus produits en France mais importés, en grande partie de Chine.

« Les pertes ne doivent pas être nationalisées et les profits privatisés ! Ces profits, réalisés par les grands groupes, doivent être utiles à tout le monde ! »

En conclusion de son interview il a réagi aux propos du Premier Ministre qui, lors d’une allocution, a précisé qu’il ne laisserait personne dire « qu’il y a eu du retard sur la prise de décision quant au confinement ». Alexis Corbière rétorque donc au micro de RMC que oui, des mauvaises décisions ont été prises sous la responsabilité d’Edouard Philippe et qu’il devra, en conséquence, rendre des comptes.

Questions politiques sur France Info et France Inter – 13 janvier 2019

Questions politiques sur France Info et France Inter – 13 janvier 2019 Featured

Le député insoumis Alexis Corbière était l’invité d’Ali Baddou sur France Info/Inter ce dimanche 13 janvier. Il n’a rien lâché face aux trois chroniqueurs (Nathalie Saint-Cricq, (France 2), Virginie Malingre (le monde) et Carine Becart (France Inter) ) qui n’ont cessé de le questionner sur la violence au sein du mouvement des gilets jaunes, la violence des propos de Jean-Luc Mélenchon ou encore le (soi-disant) rapprochement entre le Rassemblement National et la France insoumise. Lire la suite