Alexis Corbière

Étiquette : Mélenchon

RMC : Appoline Matin

RMC : Appoline Matin Featured

J’étais aujourd’hui l’invité d’Appoline de Malherbe ce matin sur RMC Infos pour réagir aux propos du Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin sur les rayons halal et casher dans les supermarchés, qu’il trouvait choquants. Le Ministre a aussi estimé que le capitalisme avait une responsabilité dans le communautarisme.

J’ai donc rappelé que le capitalisme faisait du business avec tout, que là était la réalité. J’ai cité par exemple, le capitalisme français qui continue la vente d’armes à l’Arabie Saoudite alors que ce pays fait la guerre au Yémen. Or, à l’inverse de La France insoumise, M. #Darmanin refuse-t-il ce type de capitalisme avec les dictatures ? Apparemment non !

J’ai par la suite dénoncer les propos de M. Darmanin sur les rayons halal et casher dans les supermarchés. Il n’y a absolument aucun lien imaginable à faire entre l’assassinat d’un enseignant d’Histoire-Géo par un jeune Tchétchène et le fait que des grandes surfaces proposent des rayons de nourriture halal ! La nourriture peut aussi être un vecteur de partage !

Que veut dire Gérald Darmanin sur les rayons hallal ou casher ? Le ministre de l’intérieur pense-t’il vraiment qu’il y a un lien entre l’assassinat d’un enseignant et les rayons hallal et casher dans les magasins ?! Le ministre doit agir et non s’agiter !

Enfin, j’ai rappelé que le problème majeur dans la lutte contre le terrorisme islamiste était le manque de moyens au sein des services de renseignement et dans la police. Pour exemple, le système Pharos ne fonctionne qu’avec 28 fonctionnaires. Le Ministre de l’Intérieur Darmanin annonce des créations de postes dans les services de renseignements suite à l’assassinat. Pourquoi cela n’a-t’il pas été fait avant ? Nous l’avons déjà demandé à plusieurs reprises !

La laïcité, il faut le rappeler, garantit la liberté de conscience et donc la liberté de culte. C’est aussi pas de financement public des religions ! #ApollineMatin

Matinale France Info

Matinale France Info Featured

J’étais ce matin l’invité de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia dans leur matinale sur France Info TV et Radio pour parler de la rentrée spéciale qui vient de se dérouler du fait de la covid-19, de la Seine-Saint-Denis et de la situation politique.

J’ai d’abord rappelé que, concernant la crise covid-19, avec mes camarades de la France insoumise, nous réclamons deux choses depuis plusieurs mois : la gratuité des masques est plus que jamais nécessaire, ainsi que l’augmentation de la capacité des tests. »

En Seine-Saint-Denis, le taux de positivité est plus élevé que la moyenne nationale, or, ce département a déjà beaucoup souffert pendant la première vague du fait que de nombreuses personnes soient notamment des travailleurs précaires et bien souvent en première ligne et dans l’impossibilité d’avoir recours au télétravail.

« En parallèle, à Bagnolet et Montreuil, le rectorat continue de fermer des classes : ce sont 7 qui ont été fermées à cette rentrée. Je le dis solennellement, M. Blanquer ne fermez pas de classes et notamment en Seine-Saint-Denis ! »

Sur la France insoumise et la possible candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2022, j’ai ensuite expliqué que les 2 mois prochains seront un temps de discussion au sein du mouvement mais aussi avec d’autres forces politiques afin que Jean-Luc prenne sa décision. Mélenchon possède un rayonnement qui permet d’agréger les personnes autour de notre programme et il est connu au sein des quartiers populaires.

« Pas de divisions artificielles et pas d’union superficielle. » Voilà ma ligne en ce qui concerne les discussions avec d’autres forces politiques. C’est une question d’efficacité. »

Enfin, sur la question du projet de loi sur le séparatisme du gouvernement, j’ai répété que seule la loi de 1905 devait être notre ligne : elle garantit la liberté de culte, la liberté de conscience mais elle interdit aussi que de l’argent public soit destiné aux associations cultuelles.

Interpellations du Ministre Julien Denormandie sur le logement, en période d’état d’urgence sanitaire

Interpellations du Ministre Julien Denormandie sur le logement, en période d’état d’urgence sanitaire Featured

J’ai interpellé tout à l’heure, dans l’hémicycle, le Ministre délégué au logement, Julien Denormandie. Ma première question était sur la situation dramatique dans laquelle se retrouvent des milliers de personnes, au niveau de l’hébergement, du fait de la crise covid 19.

En effet, ne pouvant plus payer leur loyer, beaucoup ont été herbergées dans des lieux d’accueil d’urgence. Or le terrain, malgré un état d’urgence sanitaire décrété, les services de l’Etat continuent de fermer de nombreux lieux d’accueil et de couper les crédits les uns après les autres.

« Le scandale de ces mises à la rue doit se terminer ! »

Ainsi, des personnes ayant réussi à obtenir une place en hébergement d’urgence sont rejetées et se retrouvent de nouveau à la rue. L’Etat doit mettre à l’abri sa population et notamment les plus fragiles !

Lors de ma deuxième intervention, j’ai interpellé le gouvernement sur la création d’une aide de l’Etat pour permettre aux locataires de continuer à pouvoir payer leur loyer et donc, d’éviter une explosion des expulsions.

« Lorsque se loger devient un luxe, ce n’est plus un droit. »

J’ai demandé à ce qu’un fonds national soit mis en place puis abondé, afin d’aider les locataires en difficulté. Se loger décemment doit être garanti par l’Etat, comme l’accès à l’eau ou aux soins, à tous les citoyens !

Question au Gouvernement sur la Culture

Question au Gouvernement sur la Culture Featured

J’ai interrogé le Ministre de la Culture Franck Riester, quant à la situation désastreuse dans laquelle se trouve actuellement le secteur de la Culture et les mesures que le gouvernement compte mettre en place.

Depuis le début de la crise du coronavirus, le secteur de la Culture a été durement impacté : salles de spectacles et cinémas fermés, tournages interrompus, festivals annulés, tout est à l’arrêt. Pourtant, ce secteur représente une part du PIB 7 fois supérieur au secteur de l’automobile.

« Certes, le 18 mars vous avez débloqué 22 millions d’euros pour ce secteur mais c’est peu de choses finalement. Rien que le secteur des librairies a besoin de 26 millions d’euros d’aides ! »

Ensuite, j’ai souligné que de nombreux appels et pétitions ont été lancées pour soutenir les artistes et les techniciens intermittents du spectacle dont, notamment, « année noire » et « culture en danger », qui ont déjà récolté plus de 250 000 signatures.

« Votre gouvernement, si connu, depuis 2017 pour valoriser la culture de l’argent, débloquera-t-il de l’argent pour la Culture ? »

Enfin, j’ai rappelé ce que demandent les signataires de ces appels : une « année blanche », c’est-à-dire la prolongation des droits de tous les artistes et techniciens intermittents d’une année de leur indemnisation par l’UNEDIC sur la base 2019 afin de ne pas faire basculer plus encore ces personnes dans la précarité.

Commission Défense et Armées : audition de la Ministre Florence Parly

Commission Défense et Armées : audition de la Ministre Florence Parly Featured

En Commission Défense, dans le cadre de l’audition en visioconférence de la Ministre des Armées, Mme Florence Parly et de la Secrétaire d’Etat, Mme Geneviève Darrieussecq, j’ai interpellé le gouvernement quant à la situation, préoccupante et grave, du seul porte-avions français, le Charles de Gaulle.

« Comment, et ce malgré les risques encourus, le porte-avions Charles de Gaulle a pu reprendre la mer après 3 jours d’escale à Brest ? N’y avait-il pas un risque, par la suite, de contamination pour l’ensemble de l’équipage ? »

Nous avons appris aujourd’hui que ce sont désormais 1081 marins qui sont maintenant positifs au coronavirus… J’estime qu’un départ du porte-avions après une escale à Brest, alors que le confinement venait d’être annoncé, était risqué et que, ces risques auraient dû être pris en considération lors de la prise de décision d’un possible retour en mer.

Questions Au Gouvernement sur le COVID-19.

Questions Au Gouvernement sur le COVID-19. Featured

Première question : un déconfinement risqué le 11 mai.

J’ai interpellé le Premier Ministre et son gouvernement lors de la séance des Questions au Gouvernement ce mardi 14 Avril. Vu les circonstances spéciales, j’étais le seul représentant du groupe parlementaire La France insoumise. J’ai pu poser deux questions.

Lundi 13 Avril dans la soirée, Emmanuel Macron annoncé que le 11 mai prochain, le déconfinement pourrait commencer pour une grande majorité de français.

« Vous répondez à une injonction du MEDEF qui dit « business d’abord » alors que pour une majorité de français, c’est la « santé d’abord » ! »

Réouverture progressive des écoles, collèges et lycées et retour au travail. Pourtant, les bars, lieux de concerts, restaurants et universités resteront fermés. Pourquoi ? Quelles seront les mesures d’accueil mises en place pour assurer la protection des enseigants, des personnels mais aussi des enfants ?

« Vous avez fait beaucoup d’erreurs dans la gestion de la crise et beaucoup de vos déclarations gouvernementales ont été contredites par la suite. »

Pourquoi cette date du 11 mai ? Une concertation pour en décider a-t’elle eu lieu ? Le Président de la République n’a pas annoncé de généralisation de tests, pourquoi ? Quid d’une distribution de gants et de masques pour tous les français ? Toujours aucune planification de ce déconfinement n’est prévue. Cette non préparation pour un déconfinement qui arrivera désormais vite est hasardeuse et risquée pour nos concitoyens français !

Seconde question : un monde d’après encore pire ?

Depuis plusieurs jours, au sujet de l’après confinement, des propos de plusieurs ministres ou du MEDEF ont fortement inquiétés les français. Ces propos peuvent se résumer ainsi : travailler plus, voire perdre des congés payés pour « accompagner la crise ». Après une levée de boucliers de plusieurs syndicats, le Président du Medef a ainsi annoncé, et heureusement, que pour lui le débat était clos.

« Le monde d’après ne peut pas être celui d’aujourd’hui en pire ! »

La Ministre du Travail, elle, n’a toujours pas réagi et commenté ces annonces d’où on interrogation. J’estime que les salariés français ne doivent pas être victimes d’une double peine ; aujourd’hui, des mauvais choix économiques et sociaux du gouvernement et, demain, de devoir réparer les fautes dont ils ne sont que les victimes.

« Il y a 20 ans, les entreprises du CAC 40 distribuaient 30% du bénéfice à leurs actionnaires. Aujourd’hui, c’est 70% ! »

Il faut rompre avec ce monde égoïste et inegalitaire et en créer un nouveau, avec un véritable partage des richesses !

France Info TV

France Info TV Featured

Alexis Corbière était sur France Info TV ce matin pour réagir au discours du Président de la République hier soir, lors de cette crise du covid-19.

Le député est revenu sur la date du 11 mai, date citée par Emmanuel Macron comme sortie du confinement. Il a notamment pointé du doigt le fait qu’aucune véritable planification de déconfinement n’avait été annoncée par Macron. Cette stratégie est donc hasardeuse mais aussi risquée pour la population qui pourrait subir un rebond du virus.

Ensuite, il a rappelé qu’une fois de plus, le Président était resté flou quant à la distribution, en quantité suffisante et pour toute la population, de masques et qu’aucune généralisation de tests sérologiques n’était à l’ordre du jour au moment du déconfinement.

« La date du 11 mai ne peut pas être le point de départ des mesures, mais celle de leurs conséquences. »

Enfin, il a terminé en rappelant qu’à la fin du confinement, le peuple devra être convoqué, pour juger politiquement de la gestion de cette crise par le gouvernement.

Questions politiques sur France Info et France Inter – 13 janvier 2019

Questions politiques sur France Info et France Inter – 13 janvier 2019 Featured

Le député insoumis Alexis Corbière était l’invité d’Ali Baddou sur France Info/Inter ce dimanche 13 janvier. Il n’a rien lâché face aux trois chroniqueurs (Nathalie Saint-Cricq, (France 2), Virginie Malingre (le monde) et Carine Becart (France Inter) ) qui n’ont cessé de le questionner sur la violence au sein du mouvement des gilets jaunes, la violence des propos de Jean-Luc Mélenchon ou encore le (soi-disant) rapprochement entre le Rassemblement National et la France insoumise. Lire la suite

Puisque la Société Générale ment et volontairement, solidarité avec Koubbi, Kerviel et Mélenchon

Puisque la Société Générale ment et volontairement, solidarité avec Koubbi, Kerviel et Mélenchon

Jeudi 7 avril, interrogé au micro de la matinale de France Info suite aux révélations des différents articles sur l’énorme scandale du Panama PapersJean-Luc Mélenchon a déclaré et réclamé à propos de la Banque Société Générale et en particulier de son PDG M. Frédéric Oudéa « sa mise sous tutelle ou sa nationalisation selon la loi pour faire le ménage dedans (…) Cette fois-ci, il nous faut un châtiment. La Société générale doit-être mise sous tutelle, ses dirigeants sont des menteurs (…) ils doivent être châtiés ». Il a ajouté : » »La Société générale est une industrie de la triche, de la fraude et de la combine ».

Lire la suite

Taisez-vous, M. Gattaz ! A moins que vous souhaitiez la victoire du FN

L’arrogance des puissants et leur égoïsme sont depuis bien longtemps un des traits caractéristiques des difficultés que nous avons à régler. Une nouvelle fois, le sectarisme libéral de Pierre Gattaz, Président du Medef, s’étale sans limite. « On lâche rien » semble également son hymne militant, qu’il sifflote jour après jour, mais lui défend bec et ongle, sa classe sociale. Sa vision du monde, et celle de ses prédécesseurs, est tellement bornée et basse de plafond qu’elle dégrade la vie politique depuis des années, creuse le chômage, augmente la précarité, détruit le lien social, affaiblie la République, et qu’elle fait de lui un rabatteur de voix vers le FN même inconscient (qui sait ?) et surtout quand il prétend le combattre. Lire la suite